Amzwag
ali Faiq
Aḥḥint a immi, taḥninit nega ɣmk-ad
Zud aɣrib igan ahwawi, gin amzwag
Meqqar nit igwen f iẓṛan, idel s uṣmmiḍ
Ur a(r) sul issndam yan meqqar akkw izug
Ɣar ijla bedda ɣ idraren, gin amzwag
Ɣar ibla t Ṛebbi s imurig, gin ahiyyaḍ
Netta d lhawa d umareg-ad, is a(r) t izziwiz
Ar isstaw i bu-tayri lhemm, netta iqqwneḍ
Ig zud taccmɛt ingabaln d uṣmmiḍ
Ar tessisfiw i wiyyaḍ nettat is a(r) teḥḥreg
Bu-lhawa d umareg issrwas ajddig
Ya(n) igan aɛchchaq ka ra(d) g-is ittemnad
Af ibḍa Ṛebbi larzaqq, illa giɣ lɣṛeḍ
Ya(n) ur iṭṭafn yat, ma ra(d) s-itun ibidd ?
Ma ra(d) s-rek isawel f Ṛebbi, melen ak lbab ?

L'exilé
Ali Faiq

Ô ma chère mère, mon destin est on ne plus triste !
Étranger et mélomane, je vis très loin des miens
Je dors dehors, dans le froid glacial
Épuisé par l'é loigneme nt, pe rsonne ne s 'éme ut de mon sort
J'e rre dans les montagnes, toujours exilé
Passionné de vers rimés, sans cesse errant
La poésie et la musique me tourmentent
Désespé ré, je fais oublie r à l'amoure ux rabroué ses souffrances
Je suis comparable à une bougie au milieu de vents forts
Se consumant, elle éclaire les autres

Le musicomane est comme une belle fleur
Se ul le pass ionné pe ut s avoir l'apprécie r
Chacun a son propre destin, chacun suit son chemin
Ô démuni, qui pe ut bie n t'attendre ?
Qui pe ut bie n avoir l'obligeance de t'aide r à trouve r le s alut ?

X
X

Compartir
Compartir
X

MobinPlayer